• contact@communion-bethanie.org

Archive de l’auteur admin

Pause méditation du 27 mai 2024

Une méditation proposée par notre sœur Valérie.

Apprendre

Voilà, Pentecôte est passée depuis déjà une semaine déjà. Le temps est beau et le moment propice pour mettre le cap sur l’été et de là sur la fin de l’année, avec le doux temps de l’Avent qui illumine l’entrée dans l’hiver.

On pourrait courir ainsi, de fête en fête, de célébration en célébration.

Posons-nous un instant cependant, en voyageurs méditatifs que nous savons être, n’est-ce pas ?

A l’occasion de la Pentecôte, ma petite-fille me demandait ce que c’était, l’Esprit Saint.
L’Esprit Saint lui dis-je, c’est le souffle de Jésus qui te glisse une idée à l’oreille, quelque chose à dire ou à faire.
L’Esprit Saint, il te donne le courage et tout ce qu’il te faut pour faire ce que tu as à faire de bien et de juste.
C’est une brise, une caresse sur le visage qui fait que d’un coup tu te sens heureuse, calme et sereine, que tout devient clair.
C’est un souffle plein d’Amour.
C’est tant d’autres choses encore…
Et le jour de la Pentecôte vois-tu, c’est le jour où L’Esprit Saint souffle le plus fort.

Je ne doute pas qu’elle gardera ses paroles dans un coin de sa tête, de son cœur et que du haut de ses presque 6 ans, elle sera attentive à voir les signes, qu’elle s’entraînera à reconnaître ce Souffle, ce murmure, cette caresse, cet élan si particulier de l’Esprit Saint.

Quant à moi, j’ai juste envie d’apprendre de sa curiosité, de son insatiable curiosité.

Partir en quête de Dieu n’est-il pas le seul voyage qui vaille vraiment la peine ?
Un voyage à faire, ma main dans la sienne, avec tous les chercheurs et les chercheuses de Dieu, à faire ensemble.

Paix et Bien à chacun, à chacune.
Bon voyage et bonne quête…

Valérie
sœur de la Communion Béthanie

Pause méditation du 22 avril 2024

Une méditation proposée par notre sœur Valérie.

Vent de tempête

Comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent. Et voici que la mer devint tellement agitée que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait. Les disciples s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. » Mais il leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs, hommes de peu de foi ? » Alors, Jésus, debout, menaça les vents et la mer, et il se fit un grand calme. Les gens furent saisis d’étonnement et disaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? » Mt 8,23-27

A-t-on jamais assez de toute une vie pour entendre et recevoir tous les fruits de cette parabole ?
Je la trouve d’une criante actualité, dans le monde aussi bien que dans ma vie.

Les vagues incessantes de violence, de guerre, de haine.
Ma vie, avec son lot d’épreuves, de celles qui donnent grise mine.
Un ciel plombé comme un jour de tempête.

Pour autant, faut-il souhaiter que le Dieu vengeur de l’Ancien Testament, ce vieillard barbu ornant les fresques de nos églises, déboule ici-bas en déchirant le ciel pour remettre de l’ordre à tout ce chaos ambiant, comme dans le film « Les Dix Commandements » de Cécil B. Demille ?

Non, bien sûr !
Alors quoi ?

Peut-être juste faire ma part en ce monde. Cultiver ma confiance en Sa Présence. Lui permettre d’apaiser les tempêtes en mon cœur, Lui qui commande au vent et à la mer.

Paix et Bien à chacun, à chacune.
Et paisible navigation à vous dans la mer de vos existences.

Si la mer se déchaîne

Valérie,
sœur de la Communion Béthanie

Pause méditation du 15 avril 2024

Une méditation proposée par notre frère Manuel.

La crainte de Dieu

Le début de la sagesse, c’est la crainte du Seigneur.
Pr 9, 10

L’auteur du livre des Proverbes répète cette affirmation à plusieurs reprises, avec des formulations différentes. Il n’est pas tout à fait original, car tout au long de la Bible nous trouvons cette invitation à craindre Dieu.

Mais, comment est-il possible d’avoir peur d’un Dieu qui est Amour, d’un Dieu à qui l’on peut appeler « Papa », d’un Dieu qui partage en tout la condition humaine jusqu’à la torture et la mort ? Ce n’est pas étonnant que Jean dise en sa première lettre :
Dans l’amour il n’y a pas de place pour la crainte. 1Jn 4, 18

En effet, pas de place pour la peur de Dieu, du châtiment, de l’enfer pour ceux et celles qui essaient de suivre le Christ au quotidien. Mais alors, qu’est-ce qu’on fait de la sagesse qui commence par la crainte ?

Peut-être que la sagesse ne commence pas par la peur, mais par le respect. La crainte de Dieu dont la Bible nous fait la pub, n’est autre chose que respecter Dieu. De la même manière que nous respectons autrui en étant conscient·es que nous ne connaissons pas tout de lui/elle, et que nous lui permettons d’être libre, nous sommes invité·es à laisser Dieu être Dieu, tout simplement.

Peut-être que craindre Dieu est tout simplement de lui dire, et reconnaître en soi, que nous ne pouvons pas l’enfermer dans nos catégories ; qu’il est libre d’agir et d’être, même si nous ne comprenons pas.
Peut-être que craindre Dieu est tout simplement s’émerveiller devant lui, rester bouche bée dans la prière et dans nos vies, quand nous devinons des traces de son passage, et dire avec le psalmiste :

Pour moi, ô Dieu,
que tes intentions sont impénétrables,
et que tes desseins sont incalculables !
Si je me mettais à les dénombrer,
ils surpasseraient tous les grains de sable qui bordent les mers.
Dès que je m’éveille, je suis avec toi.

Ps 139 [138], 17-18

C’est avec cette crainte-là que nous apprenons la sagesse du Seigneur, parce que nous grandissons dans l’amour et la relation avec notre Dieu Tri-Unité.

Manuel
frère de la Communion Béthanie

Photo de germination de haricots en terre, sur fond vert.

Pause méditation du 8 avril 2024

Une méditation sélectionnée par notre frère Raphaël.

Détendre l’arc

Dégage-toi dans la mesure même où tu t’engages sans compter.
Prends de la distance dans la mesure même où tu communies fraternellement à autrui.

Le cœur humain même le plus généreux, n’est pas inépuisable.
Dieu seul est illimité.

À exiger sans cesse le maximum de lui-même, l’être profond se dissocie et se perd.
La parole alors devient vide et la prière inquiète.

Pour retrouver un regard libre sur les évènements, il faut fuir et se tenir, tranquille et rassemblé·e, devant le maître de tout.

Pars donc vers la source cachée de toute chose.
Quitte tout et tu trouveras tout.

Prends le temps de vivre amicalement avec toi-même.
Respire. Reprends haleine.

Apprends dans le repos du corps et de l’esprit la calme lenteur de toute germination.
Reçois la paix du Christ.

Ne te hâte pas afin de mieux courir dans la voie des commandements, le cœur au large.

Les Diaconesses de Reuilly


Raphaël,
frère de la Communion Béthanie

Dimanche de Pâques 2024

Tout au long de ce Carême 2024 et jusqu’à Pâques, retrouvez les méditations sélectionnées par notre frère prieur Jean-Michel.

La vie qui est devant et qui attend

Ne soyez pas effrayées !
Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ?

Il est ressuscité : il n’est pas ici.

Voici l’endroit où on l’avait déposé.

Et maintenant,
allez dire à ses disciples et à Pierre :

Il vous précède en Galilée.
Là vous le verrez,
comme il vous l’a dit.

Marc 16, 1-7

Lorsqu’Israël partit d’Egypte
c’était de nuit
nuit de l’oppression
où l’on perd son nom.

Lorsque les femmes arrivèrent
au tombeau
c’était de nuit
nuit de l’absence
où se disloque l’espérance.

Et c’est encore de nuit que nous
venons à Toi
nos pas sont incertains
nos mots restent pris aux rets du
silence.

Or voici qu’au bord de l’ombre
à la naissance du matin
la pierre qui barrait l’horizon
roule loin de la mort.

Une faille s’ouvre dans la tristesse
les eaux d’amertume refluent
le roc d’angoisse devient source.

Serait-ce que la vie n’a pas
tout raconté
que le soleil n’a pas fini
de se lever
qu’il y a malgré tout un demain
et qu’il est entre nos mains ?

C’est de nuit que nous venons à Toi
mais c’est de jour que tu viens
à nous.

Dans notre traversée des ténèbres
réveille-nous
parle-nous de lumière.

Emmène-nous
vers la vie qui est devant
et qui attend.

Pasteure Francine Carrillo

Pour ces Rameaux, une photo avec en gros plan à droite une flamme en très gros plan, presque flou avec un arrière-plan de peine ombre marron.

Dimanche des Rameaux 2024

Tout au long de ce Carême 2024 et jusqu’à Pâques, retrouvez les méditations sélectionnées par notre frère prieur Jean-Michel.

Un regard qui commence là où celui des autres s’arrête

Amen, amen, je vous le dis :
si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas,
il reste seul ;

mais s’il meurt,
il porte beaucoup de fruit.

Jean 12, 20-33

Maintenant que ta vie, Jésus, a chaviré dans la mort, que ta parole est devenue silence et ta présence absence, maintenant qu’il n’y a plus rien à voir, la foule s’en va vers d’autres spectacles.

Seigneur, apprends-nous ce regard qui commence là où celui des autres s’arrête !

Apprends-nous la patience du grain de blé et l’attente qui n’est pas une lassitude, mais une manière de se tenir dans la promesse.

Nous nommons aujourd’hui devant toi ceux et celles qui vivent un temps d’éclatement et de remise en question, un temps de deuil ou de maladie.

Nous nous réjouissons avec ceux et celles qui prennent pied et qui ont des envies pour demain.

Garde-nous accueillants à ceux et celles qui cherchent leur voie et vivent leur foi autrement que nous.

Préserve-nous de toute suffisance et donne-nous plutôt de témoigner de la largesse du regard que tu poses sur chaque être humain.

Pasteure Francine Carrillo

Une photo de désert.

4e Dimanche de carême

Tout au long de ce Carême 2024 et jusqu’à Pâques, retrouvez les méditations sélectionnées par notre frère prieur Jean-Michel.

N’être jamais réduit·es à nos errances

Frères,

Nous sommes les ambassadeurs du Christ,
et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel :
nous le demandons au nom du Christ,
laissez-vous réconcilier avec Dieu.

Celui qui n’a pas connu le péché,
Dieu l’a pour nous identifié au péché,
afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.
En tant que coopérateurs de Dieu,
nous vous exhortons encore
à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui.

Car il dit dans l’Écriture :

Au moment favorable je t’ai exaucé,
au jour du salut je t’ai secouru.
Le voici maintenant le moment favorable,
le voici maintenant le jour du salut.
2 Co 5, 20 – 6, 2

Vous le savez bien mieux que moi, mes sœurs, mes frères.

Davantage encore, la réconciliation est là, promise, possible, déjà à l’œuvre, oui très exactement là, au cœur même des brisures du cœur, de ses fractures, de ses effractions subies, de ses déchirures, lorsqu’elles sont, humblement et douloureusement c’est vrai, regardées et déposées aux pieds du Maître.

Alors de découvrir que la marche est encore possible,
pour aller, de réconciliation en réconciliation,
hérauts désormais de cette incroyable nouvelle :

personne, jamais, ne se réduit à ses errances et à ses échecs, à ses souffrances et ses sidérations.

Voilà pour moi le sens profond de ce carême : prendre le temps et reprendre un peu de discipline pour risquer cette ouverture du cœur, ce déplacement vers le secret, pour véritablement y découvrir la réconciliation offerte.

Pasteur Jean-François Breyne

Communion Béthanie, Carême, chemin rocailleux

3e Dimanche de carême

Tout au long de ce Carême 2024 et jusqu’à Pâques, retrouvez les méditations sélectionnées par notre frère prieur Jean-Michel.

Accepter d’être accepté·e

Frères,

Nous sommes les ambassadeurs du Christ,
et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel :
nous le demandons au nom du Christ,
laissez-vous réconcilier avec Dieu.

Celui qui n’a pas connu le péché,
Dieu l’a pour nous identifié au péché,
afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.
En tant que coopérateurs de Dieu,
nous vous exhortons encore
à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui.

Car il dit dans l’Écriture :

Au moment favorable je t’ai exaucé,
au jour du salut je t’ai secouru.
Le voici maintenant le moment favorable,
le voici maintenant le jour du salut.
2 Co 5, 20 – 6, 2

Oui, Quelqu’un vient, comme sur la pointe des pieds, nous réconcilier avec nous-mêmes.

Cette œuvre de réconciliation ne vient pas de moi : elle est bien un don, un cadeau, un autrement possible offert par Dieu pour aujourd’hui et pour demain.

Découvrir, émerveillé et incrédule encore, que le chapelet des « échecs-errances-offenses-souffrances » n’a plus le dernier mot sur ma vie.

Davantage même, que la souffrance n’est plus le déterminant absolu de mon existence.

Comment ?

En acceptant d’être accepté.

Et cette acceptation ne peut venir que de l’ouverture du cœur, qui ne se vit que dans le secret de la prière.

Pasteur Jean-François Breyne

Le Christ accompagné de l'abbé Ména.

2e Dimanche de carême

Tout au long de ce Carême 2024 et jusqu’à Pâques, retrouvez les méditations sélectionnées par notre frère prieur Jean-Michel.

Se découvrir réconcilié·e

Frères,

Nous sommes les ambassadeurs du Christ,
et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel :
Nous le demandons au nom du Christ,
laissez-vous réconcilier avec Dieu.

Celui qui n’a pas connu le péché,
Dieu l’a pour nous identifié au péché,
afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.

En tant que coopérateurs de Dieu,
nous vous exhortons encore
à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui.

Car il dit dans l’Écriture :
Au moment favorable je t’ai exaucé,
au jour du salut je t’ai secouru.

Le voici maintenant le moment favorable,
le voici maintenant le jour du salut.
2 Co 5, 20 – 6,2

Il ne s’agit pas ici d’abord de nous réconcilier avec les autres : ses parents, ses enfants, ses sœurs, ses frères, ses collègues, ou même entre Églises, ni même avec le bon Dieu !

Non.

Paul ne dit pas : Réconciliez-vous ; mais il dit : Laissez-vous réconcilier. Le verbe, en grec, est au passif !

Car il ne s’agit pas ici d’abord de nous réconcilier avec X ou Y, ce qui est aussi une bonne chose, bien entendu, mais il s’agit de ce qui est en amont de cela.

Il s’agit de se découvrir réconcilié·e, c’est-à-dire libéré·e de toutes nos chaines liées à nos échecs, à nos errances, à nos offenses, à nos souffrances…

Pasteur Jean-François Breyne

Lieu ami de la Communion Béthanie, le monastère de La Paix-Dieu à Cabanoule.

1er Dimanche de carême 2024

Tout au long de ce Carême 2024 et jusqu’à Pâques, retrouvez les méditations sélectionnées par notre frère prieur Jean-Michel.

Moment favorable

Ami·es, sœurs et frères en Communion Béthanie,

Je viens de vivre quelques jours de retraite silencieuse dans notre petit monastère, ami et source, de La Paix-Dieu à Cabanoule.

Quelle joie de rencontrer là, un frère de cœur, le pasteur Jean-François Breyne !

Durant ce Carême 2024, je vous propose de méditer avec lui, cette parole de Paul en 2 Corinthiens 5, 20 – 6, 2.

En vous souhaitant un joyeux moment favorable, je vous redis ma proximité cordiale et confiante,

Jean-Michel+,
frère prieur de la Communion Béthanie.


Frères,

Nous sommes les ambassadeurs du Christ,
et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel :
nous le demandons au nom du Christ,
laissez-vous réconcilier avec Dieu.

Celui qui n’a pas connu le péché,
Dieu l’a pour nous identifié au péché,
afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.

En tant que coopérateurs de Dieu,
nous vous exhortons encore
à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui.

Car il dit dans l’Écriture :
Au moment favorable je t’ai exaucé,
au jour du salut je t’ai secouru.

Le voici maintenant le moment favorable,
le voici maintenant le jour du salut.

Nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu, dit Paul dans son épitre aux Corinthiens.

Si nous avions lu les versets qui précèdent, nous aurions entendu ce mot résonner 5 fois sous la plume de Paul.

Le mot pourtant est rare dans le Nouveau Testament : simplement 10 occurrences, sous leurs formes verbales ou substantivées.

Et toujours sous la plume de Paul : les évangiles semblent ignorer ce mot !

Pourtant, Paul en fait ici tout à la fois le résumé de son expérience et de sa prédication :
RECONCILIATION !

Peut-être parce que la réconciliation est le fruit même de la Grâce ?
Pour le dire autrement : la réconciliation, c’est la grâce en marche.

La grâce en action.
La grâce au travail en nous…

Pasteur Jean-François Breyne

Vœux 2024

Une méditation sélectionnée par notre frère prieur Jean-Michel.

Accueillir toute forme

Mon cœur est devenu capable
D’accueillir toute forme.
Il est pâturage pour gazelles
Et abbaye pour moines !

Il est un temple pour idoles
Et la Ka‘ba pour qui en fait le tour,
Il est les Tables de la Thora
Et aussi les feuillets du Coran !

La religion que je professe
Est celle de l’Amour.
Partout où ses montures se tournent
L’amour est ma religion et ma foi !

Ibn’ Arabî, 13e siècle.

À vous et à tous les vôtres, je souhaite un lumineux nouvel an de grâce 2024.

Proximité cordiale et confiante de votre frère.

Jean-Michel+,
prieur de la Communion Béthanie

Noël 2023

Méditation pour le jour de Noël proposée par Timothée de Rauglaudre.

« Un royaume incarné »
Jean 1, 1-18

Cette dernière méditation sera conclusive. Du moins synthétique. Car aujourd’hui est un début, non une fin. Et le Christ est celui qui ouvre, celui qui récapitule. À sa suite, récapitulons donc. Durant ces quatre dimanches de l’Avent, j’ai exploré pour vous quatre figures bibliques, ou plutôt trois et demi. D’abord celle du veilleur, de l’éveillé, qui guette l’aurore, qui attend la venue du Christ et prête attention au plus petit, à l’opprimé. Celle du prophète ensuite, à travers le dernier des prophètes (avant la venue du Messie), Jean le Baptiste : un prophète qui annonce le temps du Messie, un prophète de paix, de sobriété et de folie, un prophète d’humilité, qui s’abaisse. La figure de Marie enfin, celle qui a la foi révolutionnaire, qui réconcilie l’accueil de l’ange Gabriel et l’annonce libératrice du Magnificat.

Le Verbe s’est fait chair

Chacun de nous, chaque croyant, est appelé à habiter tous ces rôles, à un moment ou à un autre de sa vie, à son échelle. À veiller, à prophétiser, à faire activement confiance. Tous ces rôles nous sanctifient et nous font entrer un peu dans la Jérusalem céleste. Telle est la joie du chrétien. Mais aucune de ces figures n’est un visage évanescent, fantomatique. Ce sont des visages de chair. C’est ce que nous enseigne l’Évangile en ce jour béni de la Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous (Jean 1, 14). Nous connaissons bien cette formule. Mais avons-nous vraiment compris sa portée ? Avons-nous vraiment assimilé ce que signifie ce mystère de l’Incarnation, le mystère de ce Dieu tout-puissant qui a pris notre condition d’hommes, une condition de petit parmi les petits, qui plus est ?

Un matérialisme spirituel

Matthieu nous raconte que les disciples, voyant Jésus marcher sur la mer, sont d’abord effrayés, croyant voir un fantôme (Matthieu 14, 26). C’est là un de nos plus grands péchés. Spiritualiser à l’excès la promesse de l’Évangile. Refuser le monde en attendant l’avènement d’un royaume lointain, dans les hauteurs de l’esprit, sans comprendre que ce royaume est déjà au milieu de [nous] (Luc 17, 21). Que le Christ a pris chair, qu’il est mort en souffrant dans sa chair, qu’il a ressuscité dans sa chair. Qu’il s’est incarné dans une époque, avec ses spécificités, ses paysages, ses souffrances, ses rapports de pouvoir. Que ses paraboles parlent de la terre, de l’humus, parce que la conscience de la matière, de la poussière, est le premier pas sur le chemin de l’humilité. Le christianisme est un matérialisme spirituel, ou un spiritualisme matériel. L’Évangile, c’est une promesse d’universel qui est apparue dans un contexte particulier. Aussi, c’est de façon incarnée, contextualisée dans notre époque, que nous devons recevoir ce message qui, lui, n’a pas bougé. Nous devons être des veilleurs incarnés, des prophètes incarnés, des « servantes du Seigneur » incarnées. C’est seulement avec cette conscience que nous pourrons honorer notre Sauveur, cette faible lueur qui resplendit dans la crèche, et que nous pourrons commencer à voir le royaume qui se bâtit, patiemment, discrètement, autour de nous.

Ce chant pour accompagner la méditation : The Kingdom of God de Taizé.

Timothée de Rauglaudre
Journaliste et auteur