• contact@communion-bethanie.org

Blog de Jean-Michel Dunand du 23 janvier 2020

Blog de Jean-Michel Dunand du 23 janvier 2020

« Silere non possum ! »
« Je ne peux pas me taire ! »
Saint Augustin

Voilà « une souffrance en forme de millefeuille », voilà une souffrance encore tellement cachée : la souffrance des religieuses, religieux, pasteurs, diacres, prêtres, évêques homosensibles.

J’ose la métaphore du « millefeuille » car cette souffrance se vit à plusieurs niveaux, sur de nombreuses couches, la plus lourde étant sans doute le glaçage du dessus, le glaçage superficiel.

En effet, peu vivent sereinement cette sensibilité, cette orientation affective, cette sexualité.
Depuis plusieurs années, je reçois régulièrement des confidences douloureuses, des confidences angoissées.

Dans l’Église catholique romaine, depuis 2005 et l’Instruction qui demande de ne pas ordonner prêtres des candidats ayant des tendances homosexuelles profondes, il n’y a plus « normalement » de jeunes prêtres, de séminaristes gays !
Force est de constater que cela est faux.
Et je ne parle pas ici de ceux qui ont été ordonnés avant 2005!!

« Souffrance millefeuille » :

  • Solitude affective et donc corporelle,
  • Écartèlement entre une promesse de célibat et la réalité vécue,
  • Angoisses face aux amalgames avec la pédocriminalité, amalgames récurrents au sein des communautés ecclésiales,
  • Peur panique d’être dénoncé, parfois par des sœurs, des frères,
  • Addictions diverses : à la pornographie, à l’alcool, à la nourriture, à un emploi du temps « surbooké », au pouvoir,

Vous me direz peut-être que je dresse un tableau bien sombre.
Malheureusement, ce sont les réalités que j’essaye d’écouter.

À ma connaissance, ici en France, seuls nos ami-es de « Devenir Un En Christ » et de « David et Jonathan » offrent des espaces d’écoute, de parole aux religieuses, aux religieux, aux ministres ordonnés homosensibles.

Dans cette situation précise où elle s’avère mortifère, il me semble urgent de quitter cette loi du silence.

Proposer toutes les solutions n’est pas dans mon domaine de compétence.

J’invite à la prière, car une fois de plus : « Rien n’est plus responsable que de prier » Frère Roger de Taizé.

J’invite les communautés chrétiennes à créer des lieux, des espaces de parole vraiment bienveillant, c’est à dire, qui veille sur le bien de l’autre, qui prend soin de l’autre.

Je nous invite à en parler, car la parole apaise la colère, la parole respectueuse et délicate laisse entrevoir un horizon paisible.

Sinon, je crains fort que ce « millefeuille » provoque une très grave indigestion et se transforme en colère intestine..

Jean-Michel+,
votre frère en Communion Béthanie

admin

%d blogueurs aiment cette page :