• communion.bethanie@gmail.com

Archive de l’étiquette Blog de Jean-Michel

Blog de Jean-Michel Dunand du 9 novembre 2019

« Maintenant mon amertume s’est changée en bonheur, car tu m’as aimé assez pour m’éviter la mort ; tu as jeté toutes mes fautes loin derrière toi. » Ésaïe 38, 17.

« Homothérapie, conversion forcée », le film-documentaire de Bernard Nicolas, qui sera diffusé sur Arte le mardi 26 novembre prochain en prime time, « Dieu est amour », le livre de Jean-Loup Adénor et de Timothée de Rauglaudre : ma vie est exposée en ces jours.

Hier, lors d’un dialogue dans une classe de première, une lycéenne me posait la question suivante : « Vous faites preuve d’une grande humanité, d’où cela vient-il ? »
Après l’avoir remercié, je lui ai confié ceci :
«  Je n’ai jamais oublié les nuits sans sommeil où je pleurais amèrement, en espérant ne plus être attiré par la beauté du corps des hommes, je n’ai jamais oublié la longue période où j’ai été harcelé au collège, au lycée, je n’ai jamais oublié ces jours, ces nuits où mon seul objectif était d’en finir avec cette vie irrespirable…
Je n’ai rien oublié comme un grand brûlé ne peut pas oublier ses brûlures…
Aujourd’hui, par ma confiance en Jésus le Christ, par l’Amour, par l’Amitié, par la Fraternité en Communion Béthanie, mes larmes sont devenues source d’une humanité fragile mais paisible. Mon amertume s’est comme transformée en chemin de paix.  »
En voyant les regards (et même les larmes) de ces jeunes face à moi, j’ai la naïveté de croire que « mon message » est passé!

Lorsque l’on plonge le théâtre dans le noir, on laisse toujours allumer une lampe. Cette veilleuse se nomme la servante.

Merci à Dieu, merci à la Vie, car en regardant en arrière et surtout en avant, je crois que « la servante » a toujours été là, qu’elle sera toujours discrètement présente. Là est mon espérance !

« La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas étouffée. » Jean 1, 5.

Chercheur de lueur… : là est peut-être ma vocation ?!

Jean-Michel+, votre frère en Communion Béthanie

Blog de Jean-Michel Dunand du 2 novembre 2019

Je suis pour quelques jours dans le monastère-source de notre Communion Béthanie : La Paix-Dieu à Cabanoule.

Une parole d’Évangile éclaire ces heures, comme une nuit illuminée de l’intérieur :
« Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées ».Luc 12, 35.

Je prie avec vous et pour vous.
Et ce n’est pas une formule de style, pour faire bien !!!

Jean-Michel+, votre frère en Communion Béthanie

Blog de Jean-Michel Dunand du 31 octobre 2019

« Un petit garçon les conduira » Isaïe 11, 6.

Aujourd’hui, je pars dans un monastère ami, vivre ce 1er et ce 2 novembre : jours d’Espérance.

Alors que tant de violence, de propos haineux polluent notre monde, notre pays, faut-il fuir dans le silence d’une communauté monastique?
Fuir : non.
Faire un pas de côté : oui, me semble-t-il.

Pourquoi?
Pour accueillir, dans sa fraîcheur toujours nouvelle, l’innocence, la naïveté de Dieu, dont le grand projet demeure la fraternité.

Dans « ma besace », j’ai déposé deux textes pour inspirer ma méditation :

  • « La sagesse d’un pauvre » du frère franciscain Éloi Leclerc.
    Voici un bref extrait de ce petit livre lumineux :
    « …Oui, c’était bien vrai que ce soir la forêt attendait quelqu’un.
    Tous ces arbres et ces animaux et toutes ces étoiles aussi attendaient le passage de l’homme fraternel… »
  • Ce verset du prophète Isaïe (11, 6) :
    « Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira ».

Ce petit garçon?
L’innocence, la naïveté de Dieu qui rayonnent sur le visage d’un Enfant…!
Aujourd’hui, je pars contempler le Visage désarmant de Jésus le Christ.

Jean-Michel+, votre frère en Communion Béthanie

Blog de Jean-Michel Dunand du 24 octobre 2019

« En direct » de l’Assemblée Nationale!

Hier matin, j’étais invité à l’Assemblée Nationale pour une audition publique, dans le cadre de la mission d’information sur les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne.

Soyons clairs, notre Communion Béthanie est une alliance contemplative œcuménique, en lien avec des monastères…
Sa « note juste » est de proposer un humble chemin d’intériorité, de prière, de fraternité.
Sa mission n’est donc pas de descendre dans « l’arène politique ».

Ceci-dit, il m’a semblé pertinent, eu égard à mon parcours de vie, de répondre présent à cette invitation.
Avec nos ami-es du Carrefour des Chrétiens Inclusifs, de David et Jonathan, de Devenir Un En Christ, il m’a semblé important de témoigner dans ce lieu de notre République Française, hautement symbolique.
Et ce, dans le respect de nos charismes respectifs.

Soyons très clairs, je ne vis pas encore « pleinement » la citation de Frère Roger, ci-dessous.
Cependant, chaque jour, dans mon service d’adjoint en pastorale scolaire au cœur d’un établissement catholique d’enseignement, dans mon service au sein de notre Communion Béthanie, cette parole du fondateur de la communauté œcuménique de Taizé, m’inspire et me « propulse ».

« À travers le visage d’un être humain, surtout quand les larmes et la souffrance l’ont rendu plus limpide, il devient possible de percevoir un reflet du visage même du Christ ».

Jean-Michel+, votre frère en Communion Béthanie

Blog de Jean-Michel Dunand du 21 octobre 2019

Mon ❤ est à Taizé…

Alors que Frère Aloïs et les frères de la communauté de Taizé traversent une délicate épreuve, au nom de notre Communion Béthanie, en mon nom personnel, je souhaite leur exprimer notre intense et confiante proximité.
Leur travail de vérité est exemplaire pour toute l’Église.

Frère Roger, le fondateur de cette communauté de Taizé, m’inspire et inspire notre Communion Béthanie.
Pourquoi?

Il a fondé, non « une Église dans l’Église ! » mais une communauté œcuménique, un lieu-source, un espace de réconciliation, sobre et pauvre.
Pour lui, le plus beau nom de l’Église est : Communion.
Combien cela parle à mon cœur!

Il a un regard de création.
Il a l’audace des fondateurs : créer du radicalement neuf en demeurant dans le sein de l’Église. Il a le courage de sa vocation singulière.
Combien cela parle à mon cœur!

Il a consenti à être fracturé dans sa psychologie, dans son histoire familiale, dans son parcours ecclésial.
Il a prié…, beaucoup prié!
Il a contemplé.
Il a offert sa confiance.
Confiance, le mot qu’il prononçait le plus à la fin de sa vie.
Combien cela parle à mon cœur!

Sa vie exposée a simplement montré un visage réconcilié qui ne culpabilise personne.
Jusqu’au bout…
J’aimerais tant vieillir comme lui…!! : homme d’écoute et de bonté.
Un ❤ tout simplement!

Jean-Michel+, votre frère en Communion Béthanie

Blog de Jean-Michel Dunand du 17 octobre 2019

Chères sœurs, Chers Frères, Chères Amies et Chers Amis,

Je vous donne rendez-vous le mardi 26 novembre prochain, en prime time, sur Arte. Je serai présent dans le documentaire de Bernard Nicolas : « Homothérapies : conversion forcée ».

La bande-annonce

Le plus beau cadeau que l’on puisse faire à l’Église de ce temps, c’est de lui offrir nos visages humains, donc fragiles et vulnérables.

Je lutte pour le respect des consciences, en restant dans l’Église.
C’est ma famille, je reçois là ma vie de baptisé, de confirmé. J’y ai découvert Jésus le Christ et son Évangile…
Le courage, me semble-t-il, n’est pas de la quitter, mais d’y rester.

Proximité cordiale,

Jean-Michel+, votre frère en Communion Béthanie

Blog de Jean-Michel Dunand du 13 octobre 2019

« Que les pauvres m’entendent et soient en fête ! »
Psaume 33

Dans le cadre de nos parcours d’engagement, j’ai eu la joie de vivre, il y a quelques heures, une rencontre entre des lycéens d’une de nos classes de seconde et des personnes de la communauté de l’Arche de Jean Vanier.

Une rencontre humaine, « terriblement humaine » comme le dit très souvent une amie moniale lorsqu’elle me parle de la démarche chrétienne.

Échanges, préparation et partage du repas.

Je garde chaleureusement dans mon cœur ces visages, ces rires, ces cris, ces paroles, ces silences et surtout ces regards.

Jean Vanier disait souvent que la vie à l’Arche avait fait surgir du plus profond de ses entrailles « le cri primal » :

« Suis-je aimable ? Suis-je aimé ? »

Personne portant un handicap visible ou personne portant un handicap invisible, nos regards, ce soir là, exprimaient, me semble-t-il, « ce cri primal »…

Marchant dans les rues de Montpellier, alors que je reconduisais une de nos lycéennes à l’internat, je me suis souvenu de cette parole de la philosophe Simone Weil :

« Ce n’est pas à la façon dont un homme parle de Dieu que je vois s’il a séjourné dans le feu de l’Amour divin…, mais c’est à la manière dont il me parle des choses terrestres ».

Jean-Michel+, votre frère en Communion Béthanie

Blog de Jean-Michel Dunand du 7 octobre 2019

Dans quelques jours sera publié chez Flammarion l’ouvrage des deux jeunes journalistes Jean-Loup Adenor et Tim de Rauglaudre :
« Dieu est amour. Infiltrés parmi ceux qui veulent guérir les homosexuels ».

J’ai accepté de témoigner dans ce livre, tout comme j’ai accepté d’être présent dans le futur documentaire de Bernard Nicolas, sur Arte : « Homothérapies, conversion forcée ».

En effet, depuis la publication de mon livre-témoignage : « Libre. De la honte à la lumière », je suis résolument engagé contre les abus de pouvoir, contre les abus de conscience, d’où qu’ils viennent.

Je ne souhaite à personne de vivre ce que j’ai vécu dans ma jeunesse…

La vie m’offre aujourd’hui une revanche, non une vengeance, mais une revanche : offrir ma prière, offrir ma parole, offrir mon action pour que d’autres, et particulièrement les personnes les plus jeunes, n’aient pas à vivre ces dérives sectaires, étouffantes et donc mortifères.

Voici un bref extrait de mon témoignage : « Peu de gens témoignent à visage découvert. La honte paralyse la parole… Le jeu de ces abuseurs, c’est de nous faire croire que nous sommes les coupables ».

Aujourd’hui, je ne « règle mes comptes » avec personne.
En Communion Béthanie, en « ambassadeur de paix », je fais mienne ces paroles de Sœur Emmanuelle : «J’aspire le souffle de Dieu, je le respire et voudrais pouvoir l’expirer vers les autres, dans toute sa douceur ».

Jean-Michel+

Blog de Jean-Michel Dunand du 3 octobre 2019

L’histoire d’une statue…!

Je vais vous raconter l’histoire de cette statue de sainte Thérèse de Lisieux.
Car, par-delà l’histoire de cette statue, c’est l’Évangile pour tous qui rayonne.

Lorsque j’ai débuté mon service d’adjoint en pastorale scolaire au lycée Notre-Dame de la Merci, il y a 26 ans, mon bureau était vraiment laid…!
Mon premier travail a été de faire du rangement afin de rendre ce lieu plus accueillant.

Sur une étagère, je trouve cette petite statue cassée.
Vu son état, je décide de la jeter. Je la dépose pour cela dans un carton avec de vieux papiers.

Le lendemain, en fin d’après-midi, Simone arrive dans mon bureau pour faire le ménage.
Elle me demande : « Vous allez jeter cette statue ? »
Devant ma réponse positive, elle me dit : « S’il vous plaît, ne la jetez pas. Chaque soir, je prie devant, en venant dans votre bureau ».
Simone s’assoit quelques minutes, elle me raconte sa vie fracturée, son alcoolisme…
Sa maladie s’est très vite aggravée.
Simone est décédée et…, je n’ai jamais jeté cette statue.

Elle est « cachée » dans mon bureau-pastoral.
Aujourd’hui, pour vous, je l’expose.

Certains esquisseront un sourire devant ce bout de plâtre!!

Pour ma part, cette modeste statue « chante » :

« Père, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits ». Matthieu 11, 25…

Bonne fête à Toi, Petite Thérèse !
Avec Simone et tous les plus fragiles, merci de prier avec nous et pour nous.

Jean-Michel+

Depuis aujourd’hui, nous publions les post que Jean-Michel Dunand met sur son compte Facebook personnel.

1
%d blogueurs aiment cette page :