• contact@communion-bethanie.org

Archive de l’étiquette Sœur François-Marie osc

Jour de Noël 2020

Méditation de la Nativité par Sœur François-Marie osc, sœur du monastère Sainte-Claire Montbrison.

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière »

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière

À Moïse, Dieu est apparu dans la flamme du buisson. Notre Dieu est un feu. Un feu consumant. Un feu qui illumine les ténèbres.

Noël, c’est le surgissement, dans l’obscurité de nos vies, de nos cœurs blessés, de nos doutes, de la grande lumière de Dieu.
Dieu déchire les cieux comme l’éclair déchire les nuées. Il déchire les cieux et descend allumer pour nous le feu qui ne s’éteint jamais.

Dans notre monde, les ténèbres demeurent. Mais demeure aussi la trace de cette grande flamme qui s’est allumée, pour l’éternité, dans la crèche de Bethléem.
Et notre terre en est à jamais illuminée. Notre cœur en est à jamais transfiguré.

La lumière de Dieu a jailli dans nos ténèbres, éclairant nos chemins de traverse pour les ramener vers le cœur de Dieu.

C’est notre joie, et elle est parfaite.


Sœur François-Marie osc,
du monastère Sainte-Claire Montbrison

Seigneur avec toi

4e dimanche de l’Avent 2020

Méditation pour le temps de l’Avent par Sœur François-Marie osc, sœur du monastère Sainte-Claire Montbrison.

« Le Seigneur est avec toi »

Marche en ma présence, avait dit Dieu à Abraham.

Marcher en présence de Dieu, demeurer sous son regard, c’est bien l’appel le plus radical, le plus profond, le plus bouleversant aussi, qui nous est adressé.
Notre Dieu est le Dieu de la présence. Dieu avec nous.

S’il déchire les cieux et descend, c’est pour demeurer avec nous.
S’il annonce à son peuple la consolation qui vient, c’est parce qu’il nous visite au cœur de nos souffrances.
S’il nous offre la joie, c’est parce que sa présence comble, seule, notre attente la plus profonde.

Dieu est avec nous et nous ne serons jamais plus seuls.
C’est cela, l’Incarnation : la Toute-puissance de Dieu qui se penche sur nous et nous rejoint dans nos détresses, dans notre solitude, dans nos peurs, pour les remplir de sa douce présence.

Dieu est avec nous.
C’est là notre joie et elle est parfaite.


Sœur François-Marie osc,
du monastère Sainte-Claire Montbrison



« Qu’exulte la terre ! »

Qu’exulte la terre par le Chœur dans la ville.
Retrouver sur le site retraitedanslaville.org les méditations du temps de l’Avent.

joie

3e dimanche de l’Avent 2020

Méditation pour le temps de l’Avent par Sœur François-Marie osc, sœur du monastère Sainte-Claire Montbrison.

« Soyez toujours dans la joie »

Soyez dans la joie car votre Dieu, le Dieu fidèle qui entend la clameur de son peuple, qui voit sa misère et se laisse toucher au cœur, déchire votre obscurité pour venir vous consoler.

C’est cet appel de la lettre aux Thessaloniciens qui résonne aujourd’hui dans nos cœurs. Dieu nous appelle à la joie. Nous sommes créés pour la joie et, au terme de notre chemin terrestre, nous serons absorbés dans l’immense clarté de la joie de Dieu.

La joie de Dieu, non pas la nôtre.
Jean-Baptiste nous apprend cette joie lumineuse : au milieu de vous se tient Celui que vous ne connaissez pas. Nous ne le connaissons pas encore, mais nous savons déjà qu’il est le Dieu fidèle, Celui qui guérit les cœurs brisés et délivre les captifs.

Au plus profond de notre nuit brille Celui qui est la lumière du monde.
Sa promesse, il l’accomplira. Il est bien Celui qui doit venir, il nous suffit de tenir nos lampes allumées.


Sœur François-Marie osc
du monastère Sainte-Claire Montbrison

multitude, foule

2e dimanche de l’Avent 2020

Méditation pour le temps de l’Avent par Sœur François-Marie osc, sœur du monastère Sainte-Claire Montbrison.

« Consolez mon peuple »

« Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. »

Ce Dieu qui déchire les cieux pour venir jusqu’à nous est un Dieu de consolation, nous annonce le prophète Isaïe.
Il ne peut nous rejoindre dans nos obscurités qu’en déchirant nos cœurs de péché. Mais il le fait pour nous consoler.

Ce Dieu qui parle au cœur de Jérusalem, au cœur de chacun d’entre nous, ce Dieu du cœur humain est celui qui, selon l’Apocalypse reprenant les mots du prophète, essuiera toutes larmes de nos yeux.

Si Dieu peut nous consoler c’est que, mystérieusement, du plus profond de sa Gloire, il reçoit en plein cœur la peine des hommes.
L’Ecclésiastique nous dit que les larmes de la veuve coulent sur les joues de Dieu. Bouleversante expression, qui nous révèle la Face de Dieu. Une face de lumière et de gloire sur laquelle, cependant, ruissellent les larmes de son peuple.

C’est cela que nous attendons, dans les ténèbres, mais avec une indestructible espérance.
Dieu vient consoler son peuple. Du haut des cieux, il descend sur notre monde blessé, sur nos cœurs blessés, pour faire ruisseler sa Joie.


Sœur François-Marie osc
du monastère Sainte-Claire Montbrison

cieux déchirés, dieu descend

1er dimanche de l’Avent 2020

Méditation pour le temps de l’Avent par Sœur François-Marie osc, sœur du monastère Sainte-Claire Montbrison.

« Si tu déchirais les cieux »

Ce cri exprime l’attente brûlante de l’humanité, à travers tous les siècles. Il est celui d’Isaïe, il est aussi le nôtre.
L’attente de Dieu. L’attente de Celui qui vient nous sauver. L’attente d’un Dieu qui descend.

Et c’est là l’extraordinaire nouvelle : Dieu n’est pas solitaire dans les hauteurs, il descend.
Il descend parmi nous, dans nos vies, dans nos ténèbres, dans nos enfers.

Mais pour que la lumière puisse traverser les ténèbres, il faut que les cieux soient déchirés.
Il faut que nos cœurs soient déchirés pour laisser passer la lumière de Dieu. Pour la laisser rejoindre le plus profond de notre être.
Il faut que nos cœurs soient ouverts. Comme celui du Christ par la lance.

Nous ne savons ni le jour ni l’heure, mais nous savons que cette lumière descendra dans nos obscurités.
Quand nous aurons suffisamment veillé dans la nuit pour que nos cœurs soient déchirés par le désir, par l’attente, par l’espérance malgré tout.

Quand tu déchireras les cieux, nous serons là.


Sœur François-Marie osc
du monastère Sainte-Claire Montbrison

1
%d blogueurs aiment cette page :