• contact@communion-bethanie.org

Archive de l’étiquette Jésus Christ

Pause méditation du 27 septembre 2021

Une méditation proposée par notre sœur Valérie.

JC et JB

JC en son temps parcourait les routes de Judée et de Galilée. Chemin faisant, il enseignait : Aimez-vous les uns les autres.
De son passage sur terre, de sa mort et de sa résurrection, il nous a laissé le merveilleux héritage de Sa Paix ; la Paix du Christ, offerte à chacun, à chacune, à l’humanité.

Deux mille ans plus tard, JB arpentait les routes de Wallonie et de France et d’ailleurs, chantant de ville en ville, de village en village. Toute son œuvre, tout son être, n’était que poésie, amour, liberté.
Dans une lettre rendue publique, écrite à ses amis quelques heures seulement après que sa femme a été sauvagement assassinée, il conclut par ces mots : Je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer à tort et à travers.

Alors, forcément, je me dis que si ces deux-là s’étaient croisés durant leur vie d’homme, ils se seraient reconnus, ils seraient devenus amis.
Des amis comme des arbres :
Les vrais quand ils trépassent
N’en finissent pas de fleurir
Dans nos mémoires opiniâtres
Même coupés les arbres prient
.

Malgré tout, l’ami Julos Beaucarne connaissait Jésus, au moins un peu. A l’occasion, il racontait même l’histoire de sa naissance, d’une manière drôle, touchante, à sa façon quoi : Le p’tit Jésus, un bel enfant sais-tu… Il connaissait le Christ aussi, et le chantait :
Je fréquente le Christ dans la lumière blanche.
Il est si mal noté par les mauvais apôtres.
Par ses amis, ses ennemis, par tous les autres
que je n’ose sortir avec lui le dimanche
.

Julos s’en est allé, nous laissant ses chansons, ses poèmes, le souvenir de son sourire.
J’entends d’ici les échos du grand festival cosmique donné là-haut en son honneur. A penser à lui un instant, me voilà désarmée devant tant de beauté et de bonté. Désarmée comme vous l’êtes peut-être par le sourire d’un enfant, ou par cette étoile s’allumant dans le ciel et qui vous fait l’effet de grelots tintant en souvenir des rires d’un p’tit bonhomme ou encore comme on peut l’être devant un paysage à vous couper le souffle.

Se laisser désarmer par l’amour, par la beauté. En faire sa seule raison d’être.
Se dire que le Christ nous enseigne d’aimer, qu’il nous l’enseigne de 1000 façons, de 1000 voies, de 1000 voix.
Se dire que ce n’est ni illusion, ni utopie, puisque voilà un homme, Julos Beaucarne, littéralement Belle peau ou j’aime à le penser Belle incarnation, qui par sa vie, son existence, par tout ce qui émanait de lui, a incarné cet enseignement si essentiel du Christ, s’aimer les uns les autres, dans la liberté, dans le souffle du pardon.

A-dieu Julos…
A la Vie, reçue et donnée dans la Paix du Christ, chers frères, chères sœurs.

Valérie,
sœur de la Communion Béthanie.

Ascension 2021

Une méditation proposée par notre frère Manuel.

Un regard sur l’Ascension

Avec l’Incarnation du Fils de Dieu, c’est le divin qui fait irruption dans l’Histoire de l’humanité.

Avec l’Ascension de Jésus de Nazareth, le Christ, c’est l’humain qui fait son entrée dans l’éternité de notre Dieu Tri-Unité. Rien n’est sacré, rien n’est profane : pour nous, disciples de ce même Christ, tout est empreint de sa présence. Une présence qui est réelle, même si elle n’est pas sensible : « Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Mt 28, 20.

C’est ça que nous fêtons aujourd’hui. Faire mémoire de l’Ascension c’est réaliser qu’il n’y a plus de frontières entre Dieu et nous, et que nos quotidiens sont vécus et partagés avec lui, si toutefois nous le lui permettons.

« Les disciples retournèrent à Jérusalem avec une grande joie ; ils étaient constamment dans le temple et bénissaient Dieu. » Lc 24, 53.

Oui, nous pouvons tourner nos regards vers le ciel, et retourner à nos vies dans la joie.
Oui, nous pouvons bénir Dieu constamment, en tout ce qui nous est donné de vivre. Nous pouvons aussi demander au Père, au nom de Jésus, le don du Saint-Esprit qu’il nous promet, dans la ferme confiance que nous sommes écouté·e·s et entendu·e·s.


Manuel,
frère de la Communion Béthanie.

rameaux

Rameaux 2021

Tout au long de ce Carême 2021 et jusqu’à Pâques, retrouvez les méditations du collectif LGBT+ & Croyant·e·s Anjou.

L’âne et l’Homme

Quelle est ma place dans cette foule criant vers cet homme sur l’âne ?
A quel cri ma voix va-t-elle s’associer, celui de la louange, celui de l’espoir, celui de la détresse ?
Où suis-je dans cette foule, au premier rang, parmi les disciples ?

En réalité ma place c’est celle de l’âne.

Dans l’Ancien Testament, l’âne et l’homme vivent la même condition puisqu’ils étaient les deux seuls êtres vivants à ne pouvoir être sacrifiés.

Comme il est dit au début de l’Évangile, le Christ a « besoin de l’âne » mais en réalité c’est de l’Homme dont il a besoin. L’homme entier, sincère avec, comme l’écrivit Michel Rondet, un grand jésuite disparu le mois dernier, la reconnaissance de sa « ressemblance particulière ».

La célébration des rameaux vient ainsi nous rappeler que derrière tous nos cris, le Christ nous invite à nous retrouver autour de notre humanité propre, en communion avec lui.


Collectif LGBT+ & Croyant·e·s Anjou

1
%d blogueurs aiment cette page :