• contact@communion-bethanie.org

Méditation

chêne

Pause méditation estivale du 26 juillet 2021

Une méditation sélectionnée par notre frère Patrick.

Prière du chêne
Genèse 18, 1-5

Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour.

Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Dès qu’il les vit, il courut à leur rencontre depuis l’entrée de la tente et se prosterna jusqu’à terre.

Il dit : « Mon seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur.

Permettez que l’on vous apporte un peu d’eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre.

Je vais chercher de quoi manger, et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! » Ils répondirent : « Fais comme tu l’as dit. »


[…] Le chêne est l’arbre de l’alliance. A son ombre, nous pourrons échanger des confidences et renforcer les liens qui nous unissent. Par son envergure, il couvre ceux qui s’abritent sous son feuillage. Il permet une certaine discrétion bienvenue pour ceux qui se font des serments. Il abrite les amours naissantes, et protège les réconciliations qui s’ébauchent loin du bruit du monde. C’est à son ombre que des visiteurs ont annoncé à Abraham qu’il serait père d’une multitude.

Peut-être certains d’entre nous ont-ils aussi rencontré des anges de passage au pied d’un chêne ?

Peut-être le chêne nous invite-t-il à une prière extrêmement simple et paisible, pour que Dieu bénisse ce monde que nous aimons et permettre que nous sachions vivre de cette Alliance qu’il a scellée par son Fils sur le bois de la Croix ?


Anne Lécu,
in Et vous, les arbres et les animaux, bénissez le Seigneur
Éditions Bayard

Pause méditation estivale du 19 juillet 2021

Une méditation sélectionnée par notre frère Patrick.

Prière du cèdre
Psaume 91, 8-16

Les impies croissent comme l’herbe,
ils fleurissent, ceux qui font le mal.

Mais pour disparaître à tout jamais.
Toi, qui habites là-haut, tu es pour toujours le Seigneur.

Vois tes ennemis, Seigneur, vois tes ennemis qui périssent,
et la déroute de ceux qui font le mal.

Tu me donnes la fougue du taureau,
tu me baignes d’huile nouvelle :

J’ai vu, j’ai repéré mes espions,
j’entends ceux qui viennent m’attaquer.

Le juste grandira comme un palmier,
il poussera comme un cèdre du Liban ;

Planté dans les parvis du Seigneur,
il grandira dans la maison de notre Dieu.

Vieillissant, il fructifie encore,
il garde sa sève et sa verdeur pour annoncer :

Le Seigneur est droit !
Pas de ruse en Dieu, mon rocher !


[…] Peut-être le bois de la Croix en était-il ? Nul ne peut le dire. Le cèdre peut aussi être une figure de l’orgueil. Ezékiel compare Pharaon à un cèdre magnifique qui s’est enorgueilli de sa hauteur et qui est tombé.

Dans le jardin qui domine la nouvelle Alliance, il n’y a qu’un arbre plus haut que les autres et c’est l’arbre de la Croix. Comme une poutre, il porte l’unique temple qui tienne bon : le Christ en qui nous pouvons nous abriter.

La prière du cèdre, c’est peut-être de ne pas s’enorgueillir, de ne pas se prendre pour ce que l’on n’est pas. Lui seul est fort. Le plus bel arbre de la terre, fût-il le plus majestueux, peut être déraciné par des tempêtes. Paul, qui s’est parfois cru plus fort qu’il n’était, l’a appris et n’a cessé de nous l’enseigner : Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort (2 Co 12,10).

Dans cet esprit, la prière du cèdre, c’est devenir un temple pour Dieu.


Anne Lécu,
in Et vous, les arbres et les animaux, bénissez le Seigneur
Éditions Bayard

amandier

Pause méditation estivale du 12 juillet 2021

Une méditation sélectionnée par notre frère Patrick.

Prière de l’amandier
Jérémie 1, 5-12

Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant même que tu viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. Et je dis : Ah ! Seigneur mon Dieu ! Vois donc : je ne sais pas parler, je suis un enfant !

Le Seigneur reprit : Ne dis pas « Je suis un enfant ! » Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai ; tout ce que je t’ordonnerai, tu le diras. Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer – oracle du Seigneur. Puis le Seigneur étendit la main et me toucha la bouche. Il me dit : Voici, je mets dans ta bouche mes paroles ! Vois : aujourd’hui, je te donne autorité sur les nations et les royaumes, pour arracher et renverser, pour détruire et démolir, pour bâtir et planter.

La parole du Seigneur me fut adressée : Que vois-tu, Jérémie ? Je dis : C’est une branche d’amandier que je vois. Le Seigneur me dit : Tu as bien vu, car je veille sur ma parole pour l’accomplir.


La prière de l’amandier, ce n’est pas d’abord veiller de toutes nos forces (ce qui est le plus sûr moyen de s’endormir), mais entrer dans la veille de Dieu. C’est lui le premier veilleur. C’est lui qui, aujourd’hui encore, veille sur sa parole pour l’accomplir. C’est lui qui se choisit des prophètes n’ayant rien demandé, ne sachant pas parler. C’est lui qui met ses paroles dans leur bouche. Ceux qui, parmi nous, ont été baptisés et configurés au Christ, sont devenus membres d’un peuple de prêtres, de prophètes et de rois.

Tous nous pouvons un jour être amenés à dire cette parole que Dieu a déposée en nous.

Entrer dans la veille de Dieu, c’est lui donner nos bouches pour qu’il y dépose sa parole. C’est devenir des instruments de veille. Devenir avec lui veilleurs, enracinés dans sa veille à lui. Fleurir l’hiver, quand il fait froid encore. Annoncer un printemps auquel personne ne croit.

Donner notre corps à notre Dieu pour qu’il fasse de nos vies des crèches.

Le laisser naître en nous et entre nous, comme un petit enfant tout nu, et sans défense, et veiller sur cette naissance, éblouis comme les jeunes parents le sont. Mais c’est veiller sans crainte, car ce nouveau-né porte le nom de la grande veille de Dieu, l’accomplissement de sa Parole,

« Dieu-avec-nous. »


Anne Lécu,
in Et vous, les arbres et les animaux, bénissez le Seigneur
Éditions Bayard

lieux d'origine

Pause méditation du 5 juillet 2021

Une méditation proposée par notre sœur Brigitte.

« En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine. »
Marc 6, 1-6

Jésus leur disait :
« Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. »

Se rendre dans son lieu d’origine, se rendre dans le lieu de tous les possibles, de tous les commencements et de tous les conditionnements.

Dans nos lieux d’origine nous avons vécu l’émerveillement et bien souvent aussi nos plus grandes épreuves ; humiliations, défis. Nos lieux d’origine nous demandent de mettre sans cesse le genou à terre.

Dans l’évolution, le déploiement, l’épanouissement du souffle de Vie en nous, puissions-nous garder cette épine dans le pied de nos lieux d’origine, et dans le même temps puissions-nous poser un regard étonné et tendre envers tout ce qui nous a étriqué.

Puissions-nous reconnaître en l’autre le déploiement du vêtement nouveau dans sa vie, vêtement qui ne supporte pas que l’ancien soit cousu trop serré. Oui, même nos premiers éblouissements sont appelés à passer et à faire place neuve.

Puissions-nous détacher, laisser l’autre se déployer sans le garder dans les reproches du passé, de l’ancien, de nos conditionnements, sans le garder à l’étroit dans nos étiquettes mentales.
Puissions-nous le laisser se déployer dans toute sa plénitude et dans toute la nouveauté du souffle infiniment créateur, inépuisablement nouveau.

Amen

Brigitte,
sœur de la Communion Béthanie.

Pause méditation du 28 juin 2021

Une méditation proposée par notre frère Raphaël.

Le cœur au large

Il me semble que nous avons toutes et tous, à un moment donné, connu cette espèce de tension entre le désir sincère de (nous) donner et celui légitime de nous préserver. La situation semble impossible alors. Et pourtant…

« Dégage-toi dans la mesure même où tu t’engages sans compter. Prends de la distance dans la mesure même où tu communies fraternellement à autrui. Le cœur humain, même le plus généreux, n’est pas inépuisable. Dieu seul est illimité. À exiger sans cesse le maximum de lui-même, l’être profond se dissocie et se perd. La parole alors, devient vide et la prière inquiète. Pour retrouver un regard libre sur les événements, il faut fuir et se tenir, tranquille et rassemblé, devant le maître de tout. Pars donc vers la source cachée de toute chose. Quitte tout et tu trouveras tout. Prends le temps de vivre amicalement avec toi-même. Respire. Reprends haleine. Apprends, dans le repos du corps et de l’esprit, le calme de toute germination. Reçois la paix du Christ. Ne te hâte pas afin de mieux courir dans la voie des commandements, le cœur au large. »

Prière de la Communauté des Diaconesses de Reuilly,

Raphaël,
frère de la Communion Béthanie

Pause méditation du 21 juin 2021

Une méditation proposée par notre sœur Céline.

Déconfinement

Ce fut long
Rien ne transpira
Ni peines ni bonheur
Ni fatigue ni élans

Rien de ressenti
Ni lumière ni obscurité
Ni bruit ni solitude

Pas de fêtes ni d’épreuves non plus
Ce fut long

Et puis soudain
Tout d’un coup
De l’air dans les poumons et des cris alentours
Des frissons et des caresses
De la faim aussi et des séparations
De la musique et des crimes
De la peste et de la Covid
Comme de l’amour et de l’amitié

Et puis soudain
Tout d’un coup
Reconfinement
Pour toujours

Que ferons-nous lorsque nous renaîtrons de nouveau ?

Céline,
sœur de la Communion Béthanie

Pause méditation du 14 juin 2021

Une méditation proposée par notre sœur Loan.

« Convertissez vous et croyez à l’Évangile »
MC 1, 15

En voilà une bonne nouvelle Seigneur, moi qui si souvent a douté de ta parole. A force de redouter, cela devenait redoutable.

Combien de fois ai-je expérimenté le fait qu’entre mon avis et l’avis de l’autre, ce qui prime c’est l’avis de la Vie, qui est Toi, le tout Autre.

C’est bien en me nourrissant de ta parole et en méditant sur les Écritures que mon âme se ressource à tes eaux vives.

C’est bien en le partageant avec mes sœurs et mes frères en humanité et en Christ que le sang de ta vie réjouit mon cœur.

C’est bien Toi mon soleil, qui de ses rayons réchauffe mon âme et éclaire ma conscience de ton Amour et de ta Lumière.

Je t’aime, Toi l’au-delà de tout, mon et ma meilleur·e ami·e.

Loan,
sœur de la Communion Béthanie.

Pause méditation du 7 juin 2021

Une méditation sélectionnée par notre sœur Marie-Agnès.

Un sage prit la parole et dit …

Un sage prit la parole et dit :
« Cultivez le courage et la force. Apprenez à dépasser vos peurs. Confrontez-vous à elles et, petit à petit, vous apprendrez à les vaincre. Certaines disparaîtront totalement, d’autres subsisteront mais ne vous paralyseront plus. Vous découvrirez que vous êtes plus forts qu’elles. »

Un autre sage prit la parole et dit :
« Cultivez la souplesse. La vie est en devenir permanent. La souplesse vous permet de vous adapter au mouvement de la vie. Elle vous permet de réagir avec justesse à un événement imprévu, à une attitude d’autrui qui vous surprend. »

Un sage prit la parole et dit :
« Cultivez la tolérance. Ne soyez pas convaincus que vous seuls possédez la vérité. Le monde est divers, les sensibilités sont variées et ce qui est bon pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre. De même, ce qui est tenu pour vrai dans telle culture n’est pas forcément vrai dans telle autre. L’esprit de tolérance nous permet d’élargir notre compréhension de la vie et du monde. Il ne signifie pas pour autant que tout se vaut. »

Frédéric Lenoir,
L’âme du monde, Éditions Nil ou Pocket.

Pause méditation du 31 mai 2021

Une méditation proposée par notre sœur Françoise.

Visitation

J’imagine assez bien que nous sommes dans cette situation de Marie qui va voir sa cousine Élisabeth et qui porte en elle un secret vivant qui est encore celui que nous pouvons porter nous-mêmes, une Bonne Nouvelle vivante.

Elle l’a reçue d’un ange. C’est son secret et c’est aussi le secret de Dieu. Et elle ne doit pas savoir comment s’y prendre pour livrer ce secret. Va-t-elle dire quelque chose à Élisabeth ? Peut-elle le dire ? Comment le dire ? Comment s’y prendre ? Faut-il le cacher ?

Et pourtant, tout en elle déborde, mais elle ne sait pas. D’abord c’est le secret de Dieu. Et puis, il se passe quelque chose de semblable dans le sein d’Élisabeth. Elle aussi porte un enfant. Et ce que Marie ne sait pas trop, c’est le lien, le rapport, entre cet enfant qu’elle porte et l’enfant qu’Élisabeth porte. Et ça lui serait plus facile de s’exprimer si elle savait ce lien. Mais sur ce point précis, elle n’a pas eu de révélation, sur la dépendance mutuelle entre les deux enfants.

Elle sait simplement qu’il y a un lien puisque c’est le signe qui lui a été donné : sa cousine Élisabeth.

Et il en est ainsi de notre Église qui porte en elle une Bonne Nouvelle – et notre Église c’est chacun de nous – et nous sommes venus un peu comme Marie, d’abord pour rendre service (finalement c’est sa première ambition)… mais aussi, en portant cette Bonne Nouvelle, comment nous allons nous y prendre pour la dire… et nous savons que ceux que nous sommes venus rencontrer, ils sont un peu comme Élisabeth, ils sont porteurs d’un message qui vient de Dieu. Et notre Église ne nous dit pas et ne sait pas quel est le lien exact entre la Bonne Nouvelle que nous portons et ce message qui fait vivre l’autre.

Finalement, mon Église ne me dit pas quel est le lien entre le Christ et l’Islam.
Et je vais vers les musulmans sans savoir quel est ce lien.

Et quand Marie arrive, voici que c’est Élisabeth qui parle la première. Pas tout à fait exact car Marie a dit : as salam alaikum ! Que la paix soit avec vous ! Et ça c’est une chose que nous pouvons faire. Cette simple salutation a fait vibrer quelque chose, quelqu’un en Élisabeth. Et dans sa vibration, quelque chose s’est dit… qui était la Bonne Nouvelle, pas toute la Bonne Nouvelle, mais ce qu’on pouvait en percevoir dans le moment. D’où me vient-il que l’enfant qui est en moi a tressailli ? Et vraisemblablement, l’enfant qui était en Marie a tressailli le premier. En fait, c’est entre les enfants que cela s’est passé cette affaire-là…

Et Élisabeth a libéré le Magnificat de Marie.

Finalement, si nous sommes attentifs et si nous situons à ce niveau-là notre rencontre avec l’autre, dans une attention et une volonté de le rejoindre, et aussi dans un besoin de ce qu’il est et de ce qu’il a à nous dire, vraisemblablement, il va nous dire quelque chose qui va rejoindre ce que nous portons, montrant qu’il est de connivence… et nous permettant d’élargir notre Eucharistie, car finalement, le Magnificat que nous pouvons, qu’il nous est donné de chanter : c’est l’Eucharistie.

La première Eucharistie de l’Église, c’était le Magnificat de Marie.
Ce qui veut dire le besoin où nous sommes de l’autre pour faire Eucharistie : pour vous et pour la multitude…

Christian de Chergé

Pause méditation du 24 mai 2021

Une méditation proposée par notre sœur Isabelle.

Mon Dieu, j’ai de la Joie, quand…

Quand, j’accepte de recevoir…

Seigneur, vulnérable, fragile, limitée, dépendante, voire interdépendante, je le suis de plus en plus avec l’âge et cette pandémie qui n’en finit pas.
Donne-moi d’accueillir humblement ces limites, ces incertitudes, cette impuissance, cette finitude… et d’accepter d’avoir besoin des autres, de recevoir dans pleins de domaines : matériels, physiques, psychologiques, spirituels, mais surtout relationnels.
Donne-moi d’oser des relations vivifiantes, amorisantes, avec moi-même, les autres et Toi le Tout-Autre. D’oser la rencontre, en vérité et humilité, source de liberté, paix et joie des enfants de Dieu.

Choisir d’habiter la confiance.
Espérer contre toute espérance.
Aimer et se laisser aimer.

Bienheureux les Pauvres qui osent s’abandonner à Toi, Père Tout-Puissant d’Amour inconditionnel.

Quand j’accepte de donner, gratuitement, inconditionnellement…

Mais Seigneur, souviens-toi aussi, que je ne peux pas vivre, si je n’ai rien à faire !
Alors donne-moi de devenir un peu plus chaque jour le Serviteur inutile.

De savoir donner et recevoir,
d’entrer ainsi dans Ta Joie,
et de l’offrir à mes sœurs et frères en humanité.

Isabelle,
sœur de la Communion Béthanie.

%d blogueurs aiment cette page :