• contact@communion-bethanie.org

Pause méditation

Pause méditation du 26 septembre 2022

Une méditation proposée par notre sœur Christine.

Chemin de vie

A partir du moment où le Seigneur s’est fait chair, rien ne lui est donc étranger dans nos vies. Il n’y a rien qu’il dédaigne. Nous pouvons tout partager avec Lui, tout. Cher frère, chère sœur, Dieu s’est fait chair pour nous dire, pour te dire qu’il t’aime précisément là, qu’il nous aime justement là, dans nos fragilités, dans tes fragilités ; précisément là, où nous avons le plus honte, où tu as le plus honte. Cela est audacieux, la décision de Dieu est audacieuse. Il se fait chair justement là où nous avons si souvent honte. Il entre dans notre honte pour se faire notre frère, pour partager notre chemin de vie.
Pape François, Angélus du 3 janvier 2021.

Seigneur, quand tu me vois venir vers toi, que dis-tu ?
Je m’unirai aujourd’hui à toutes les personnes qui avancent dans les ténèbres, qui sont en crise de foi ou qui ont perdu le sens de leur vie, afin que ma prière, mon offrande leur apporte le secours dont ils ont besoin.

Mon Dieu, je t’aime, donne-moi à t’aimer chaque jour un peu plus.
Mon Dieu, j’ai confiance en toi, aide-moi à grandir en confiance.
Mon Dieu, je crois en toi, fortifie toujours plus ma foi.
Puissions nous ne jamais renoncer à chercher la paix, à poursuivre la joie.

Christine,
sœur de la Communion Béthanie

Pause méditation du 19 septembre 2022

Une méditation proposée par notre sœur Françoise.

Septembre

J’aime le mois de Septembre qui inaugure l’arrivée prochaine de l’automne.

L’air est plus doux, les ciels écrasants de l’été font place à des bleus tendres…

La nature reprend un nouveau souffle. Tout s’apaise…Peut-être pour permettre à nous aussi de souffler avant de reprendre le rythme de nos vies trépidantes.

J’aime le mois de Septembre et la fraîcheur du soir propice au repos.

J’aime ses orages, les éclairs rugissants et le grondement du tonnerre. J’aime la pluie bienfaisante.

J’aime quand l’herbe sèche, brûlée aux ardeurs du soleil, reverdit et reprend vie.

J’aime le plaisir de découvrir sur les étals du marché les premiers légumes colorés de l’hiver, les premières corbeilles de cèpes.

J’aime retrouver une marche légère, plus vive dans l’air frais du matin…

Un chant monte dans mon cœur… une prière de Charles de Foucauld.

Mon Créateur, mon Père, mon Bien-Aimé, Vous êtes la Beauté suprême ! Toute beauté créée, beauté de la nature, du ciel au coucher du soleil, de la mer unie comme une glace sous un ciel bleu, des forêts sombres, des jardins fleuris, des montagnes, des grands horizons du désert, des neiges et des glaciers, beauté d’une belle âme se reflétant sur un beau visage, beauté d’une belle action, d’une belle vie, d’une grande âme, toutes ces beautés ne sont que les plus pâles reflets de la Vôtre, mon Dieu. Tout ce qui a charmé mes yeux en ce monde n’est que le plus pauvre, le plus humble reflet de votre Beauté infinie.

Françoise,
sœur de la Communion Béthanie

Pause méditation du 12 septembre 2022

Une méditation proposée par notre frère Manuel.

Jésus, notre mère

Julienne de Norwich (1342-1416 ?) a eu seize visions, « révélations de l’amour divin », pendant un jour et une nuit de 1373 ; après cette expérience, elle se retire dans un ermitage attenant l’église St Julien, à Norwich, où elle passe le reste de sa vie. Vingt ans après ses visions, elle rédige un livre où il est question de son expérience, certes, mais aussi et surtout de tout ce qu’elle a compris dans la prière et la contemplation. Comme cette approche assez originale que je vous présente ici.

C’est le propre de Dieu de rendre le bien pour le mal. Ce faisant, Jésus est notre vraie mère. Nous tenons de lui l’être, fondement de la maternité, et toute cette suave sauvegarde d’amour qui s’ensuit à jamais. Tout aussi véritablement que Dieu est notre Père, il est notre mère […]. Notre Père souverain, Dieu tout-puissant, qui est l’Être, nous connaît et nous aime antérieurement à l’existence du temps. En cette connaissance, dans les merveilleuses et totales profondeurs de sa charité et par les desseins éternels de la sainte Trinité, il voulut que la seconde Personne devînt notre mère, notre frère, notre sauveur. Il s’ensuit qu’aussi véritablement Dieu est notre Père, il est notre mère. Notre Père veut. Notre Mère œuvre. Notre bon Seigneur le Saint-Esprit confirme. […] Je compris qu’on peut distinguer trois sortes de maternité en Dieu. La première, quand il créa fondamentalement notre nature humaine. La deuxième, quand il revêtit notre nature : ainsi commence la maternité de grâce. La troisième, une maternité d’opération, qui irradie la grâce en longueur, en largeur, en hauteur, en profondeur, à l’infini. Tout n’est qu’un seul amour.

Notre mère quant à la nature, notre mère quant à la grâce, voulant devenir notre mère en toutes choses, commença les fondations de son œuvre très humblement, très doucement, dans le sein de la Vierge […]. Pareil office de mère est le plus intime, le plus empressé, le plus sûr qui soit. Le plus intime, car il est le plus naturel. Le plus empressé, car il est tout amour. Le plus sûr, car il est toute vérité. Cet office, nul n’a jamais pu ni ne pourra jamais le remplir dans sa perfection si ce n’est Jésus lui-même. […] Alors, il nous nourrit. Le précieux amour de sa maternité a fait de lui notre débiteur. La mère fait sucer son lait à son enfant. Notre divine mère Jésus peut nous nourrir de lui-même. Il le fait tout courtoisement, tout tendrement, par le saint sacrement béni, précieuse nourriture de la vraie vie. […] Une mère peut presser tendrement son enfant sur son sein. Jésus, notre tendre mère, peut, lui, nous introduire dans le sien et nous y révéler en partie sa divinité et les joies du ciel, en même temps que la certitude spirituelle du bonheur éternel.

Le Livre des révélations
extraits des chapitres 59 et 60.

Manuel,
frère de la communion Béthanie

Pause méditation du 5 septembre 2022

Une méditation proposée par notre frère Raphaël.

Gens des rues

Alors que l’été, tranquillement, s’endort et que nous retournons (presque) tous à nos quotidiens plus ou moins bien vécus…

Alors que nous refermons la douce parenthèse des vacances, pour reprendre nos activités trépidantes; plus ou moins appréciées…

Alors que nous recommençons à rêver d’ailleurs, de bord de mers ensoleillés ou d’îles paradisiaques… bref, que nous tentons d’échapper à l’ordinaire…

Pourquoi avons-nous toujours autant besoin d’ailleurs? Une réponse…

Il y a des gens que Dieu prend et met à part.
Il y en a d’autres qu’il laisse dans la masse, qu’il ne retire pas du monde.

Ce sont des gens qui font un travail ordinaire, qui ont un foyer ordinaire ou sont des célibataires ordinaires. Des gens qui ont des maladies ordinaires, des deuils ordinaires. Des gens qui ont une maison ordinaire, des vêtements ordinaires. Ce sont les gens de la vie ordinaire. Les gens que l’on rencontre dans n’importe quelle rue.

Ils aiment leur porte qui s’ouvre sur la rue, comme leurs frères invisibles au monde aiment la porte qui s’est refermée définitivement sur eux.

Nous autres, gens de la rue, croyons de toutes nos forces que cette rue, que ce monde où Dieu nous a mis est pour nous le lieu de notre sainteté.

Nous croyons que rien de nécessaire ne nous y manque, car si ce nécessaire nous manquait, Dieu nous l’aurait déjà donné.

Madeleine Delbrêl (1904-1964)
extrait de Nous autres, gens des rues.

Et si nous apprécions juste le fait d’être là ?
Belle rentrée à chacune et chacun.

Raphaël
frère de la Communion Béthanie

Message de rentrée du frère prieur

Une méditation proposée par notre frère prieur Jean-Michel.

Montrer Jésus de Béthanie

Seigneur,
trop de gens parlent de vous,
il faudrait qu’il y en ait un peu plus qui vous montre, par leurs vies.

Ainsi priait, le frère Albert Peyriguère qui fut ermite au Maroc, au siècle dernier.

Montrer Jésus de Béthanie, là est sans doute notre mission.

Pour le montrer, le vivre, tout simplement, dans les relations quotidiennes, dans la contemplation de la création, dans la fidèle prière…

Vivre Jésus de Béthanie :

  • Dans les relations quotidiennes, les faciles, les plus difficiles, celles qui coulent de source, celles qui sont les plus ardues.
    La beauté de notre vie relationnelle se déploie en toute notre vie, pas en un seul instant.
  • Dans la contemplation de la création, en commençant par écouter longuement la nature.
    Là, s’engager résolument avec elle, pour elle.
    Chacune, chacun, trouvera son chemin de réelle action pour la sauvegarde de « la maison commune ».
    Il y a des choses que ne savent voir que des yeux qui ont pleuré.
    Et…, comment ne pas pleurer aujourd’hui devant notre Terre ?
  • Dans la fidèle prière, si souvent pauvre et silencieuse.
    Mendier une oreille qui sait écouter même les silences, au-delà des mots.
    Là, se rappeler, chaque matin, que ce ne sont pas nos insuffisances qui font obstacle à la prière, mais notre suffisance.

Sœur, frère, ami·e, en Communion Béthanie,
au seuil de cette nouvelle étape, je te souhaite de vivre, de montrer Jésus de Béthanie.

Que l’amour te rende serviteur puisque la vérité t’a rendu libre !
Saint Augustin

Jean-Michel+,
votre frère.

Pause méditation du 4 juillet 2022

Une méditation proposée par notre sœur Valérie.

« Ma fille est morte à l’instant ; mais viens et elle vivra. »
Mt 9, 18-26

En ce temps-là, tandis que Jésus parlait aux disciples de Jean le Baptiste, voilà qu’un notable s’approcha. Il se prosternait devant lui en disant : Ma fille est morte à l’instant ; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. Jésus se leva et le suivit, ainsi que ses disciples.

Et voici qu’une femme souffrant d’hémorragies depuis douze ans s’approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même : Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. Jésus se retourna et, la voyant, lui dit : Confiance, ma fille ! Ta foi t’a sauvée. Et, à l’heure même, la femme fut sauvée.

Jésus, arrivé à la maison du notable, vit les joueurs de flûte et la foule qui s’agitait bruyamment. Il dit alors : Retirez-vous. La jeune fille n’est pas morte : elle dort Mais on se moquait de lui. Quand la foule fut mise dehors, il entra, lui saisit la main, et la jeune fille se leva. Et la nouvelle se répandit dans toute la région.

Liens

Une main d’enfant, malhabile, se saisit d’un crayon et s’applique à lier les lettres entre elles, petites et grandes boucles, minuscules et majuscules. Les mots viendront et puis les phrases, des phrases qui deviendront discours, idées, opinions, expressions.

Une main âgée tremblote, crispée sur un stylo. L’écriture se délite, le fil des idées se perd, les mots s’en vont.

Sur la ligne d’une vie qui s’écrit mot à mot, pas à pas, les liens sont si fragiles.
Mettre du lien pourtant entre tous les mots d’une vie.
Mettre du lien en son être, tout son être,

depuis le cœur qui bat, le corps qui ressent, l’esprit qui pense, à la main qui écrit ;

depuis la main qui écrit au cœur qui vibre, au corps qui danse, à l’esprit qui invente.

Mettre du lien bien au-delà des mots, à en perdre les mots.
Mettre du lien et relier.

Toucher et se laisser toucher.
Saisir et se laisser saisir.
Saisir une main, saisir la vie.

Se laisser saisir par l’ampleur du mystère.

Mystère de ces guérisons, mystère de ces résurrections, parce que simplement, elle a touché son vêtement… qu’Il lui a saisi la main…

Mystère et beauté du lien, par Lui et en Lui, hier, aujourd’hui et demain.

Valérie,
sœur de la Communion Béthanie

Pause méditation du 27 juin 2022

Une méditation proposée par notre frère Raphaël

Dans le train

Ce matin dans le train bondé, il y avait une petite fille et sa maman.
Une petite fille difforme.
Toute petite, un peu grosse, avec des bras très courts et des mains minuscules, une grosse tête et d’épaisses lunettes.

Elle portait un t-shirt Dragon-Ball Z comme on en portait dans les années 90. Elle n’avait rien des petites filles à la mode qu’on croise parfois en ville avec le sac à dos dernier cri, des chaussures de marques flambant neuves ou même parfois…un smartphone !

Elle était assise à côté de moi, entre le pauvre type en route pour le boulot qui ne sait jamais bien ce qu’il fait là (moi, donc…) et sa maman.

Elle ne savait rien dire d’autre semble-t-il que mama…ma…ma…mama….ma-ma…mama…

Pris dans mon train-train quotidien, dans le TER rien de plus banal, je suis monté en regardant mes pieds, ou mon smartphone ou, non, ce matin j’avais le nez dans mon bouquin… peu importe. Dans le flot de voyageurs entassés là, je n’ai pas vu cette enfant.

Mais au bout de quelques minutes, elle m’a dérangé !
Me comprenez-vous? Elle m’a dé-rangé !

Je ne pouvais pas rester le nez dans mon livre à tenter de m’évader dans un univers qui n’était pas le mien. Je ne pouvais plus essayer d’échapper à mon quotidien pas forcément agréable du TER bondé en pleine canicule. Il y avait une enfant qui criait. Qui criait fort : mama ! ma…ma…ma-ma ! mama !

Mais enfin, personne n’allait faire taire cette enfant ! Je ne peux pas me concentrer sur ma lecture. Je mérite bien un peu de tranquillité, je vais quand même passer les huit prochaines heures au boulot !

Et bien non ! Personne ne l’a fait taire. Mieux, sa maman la regardait avec une infinie tendresse et lui répondait encore plus tendrement des mots très doux en espagnol que je n’ai pas compris.

Alors… alors j’ai rangé mon livre.
Et je n’ai plus rien fait.

J’ai regardé cette petite. Dérangeante. Déroutante. J’ai regardé cet échange incroyable qu’elle avait avec sa mère. Juste avec cette syllabe répétée en continu : ma…ma…ma… rien d’autre !

Quand le train est arrivé en gare, je les ai regardées descendre, main dans la main. Je les ai trouvées magnifiques. Oui oui, même la petite fille, si différente pourtant des codes de beauté. J’ai senti en regardant cette petite main boudinée dans celle de sa maman un tel amour ! J’ai pensé : cette petite est invincible ! Le monde ne peut rien contre elle, aucune méchanceté ne pourra l’atteindre. Parce qu’elle est aimée. De sa maman. De Dieu aussi.

Et ce soir, c’est à lui que je rends grâce pour cette rencontre. Pour cet inattendu. Pour la vie de cette petite fille qui a rencontré la mienne. Et tant d’autres… Pour cette petite fille pas très jolie qui a changé ma journée.
Merci mon Dieu de savoir si bien nous surprendre au détour de nos journées, toi l’Inattendu absolu. Toi qui nous aime.

Raphaël,
frère de la Communion Béthanie

Pause méditation du 20 juin 2022

Une méditation proposée par notre frère Manuel.

Faites de la musique

En France, nous avons l’habitude de commencer l’été avec la Fête de la Musique, c’est pour ça que ce psaume 150 me vient tout naturellement :

Louez l’Éternel !
Louez le Dieu fort
dans son sanctuaire !
Louez-le au ciel,
siège de sa gloire.

Louez-le pour ses hauts faits,
louez-le pour sa grandeur
qui est infinie !

Louez-le au son du cor,
louez-le avec le luth
et sur la cithare !

Louez-le avec des danses,
et au son des tambourins !
Louez-le avec la harpe,
louez-le avec la flûte !

Louez-le par les cymbales
bien retentissantes !
Louez-le par les cymbales
des jours de triomphe !

Que tout ce qui vit,
tout ce qui respire,
puisse louer le Seigneur !
Louez l’Éternel !

La louange, comme l’art, est gratuite ; l’art, comme la louange, existe parce qu’il porte en lui un besoin d’exprimer la beauté, de frôler des doigts ce qui est inexprimable. La musique donne une autre dimension à nos journées, la louange nous invite à dépasser nos quotidiens en portant le regard et le cœur plus loin, plus haut.

Nous ne sommes pas tous doué·es pour la musique, nous n’avons pas les mêmes goûts, la même sensibilité. En revanche, nous sommes chacune et chacun un chef d’œuvre de l’Artiste divin, et nous pouvons le louer déjà pour cela ; nous sommes chacune et chacun artisans de cette œuvre d’art qui est notre vie, et nous pouvons la vivre de telle manière que cette œuvre devienne un hymne de louange à notre Dieu Tri-Unité, car c’est en lui que nous vivons, que nous nous mouvons et que nous sommes. Ac 17, 28

Bel été à chacune et chacun !

Manuel,
frère de la Communion Béthanie

Pause méditation du 13 juin 2022

Une méditation proposée par notre frère Sylvain.

Chercheurs de Dieu…

C’est quoi, Dieu ?, se demande Chloé, 5 ans.
Comment lui dire que Dieu, c’est d’abord quelqu’un ? Quelqu’un de vivant, qui aime les gens, qui fait des choses, qui reste là tout près de nous. Dieu parle et écoute, il regarde et se laisse voir, il se tait parfois mais il est toujours là.

Parce que Dieu existe avant tout, même avant l’apparition de la terre. Que de ses doigts, il a fait le ciel, la lune, les étoiles et tous les animaux. Qu’il nous a donné une place privilégiée dans sa création. Que tout cela était bon.

Dieu est grand mais pas écrasant. Fort, mais pas violent. À un moment de l’histoire, il a dit : Voici mon Fils. Son Fils, Jésus, nous a appris à l’aimer comme notre Père en nous faisant cadeau de l’Esprit Saint. Et ainsi, nous nous sommes tous et toutes reconnus frères et sœurs.

Mais au fond, Dieu, personne ne l’a jamais vu. Il reste un grand mystère. Pour le connaître, notre cerveau, nos concepts et nos discours ne suffisent pas. Car sans l’Esprit de vérité, comme le qualifie Jésus lors de son adieu aux disciples, toute spéculation intellectuelle serait vaine. Il n’y a que la foi qui peut nous ouvrir à la connaissance de Dieu. La foi. Elle est un don. Elle est aussi une volonté.

D’après la méditation proposée par Karen Bustica,
rédactrice en chef de Prions en Église.

Depuis l’aube des temps, Tu es !
Et ton nom passe dans notre histoire
comme passe la source au désert

Que savons-nous de toi,
sinon cette faim en notre cœur
qui nous tient vivants ?

Depuis l’aube des temps, Tu es !
Et ton nom résonne de mille noms
au creux de nos vies

Nom de route
aux jours où monte la tentation de s’arrêter

Nom de paix
dans la violence qui barre nos relations

Nom de tendresse
quand la morsure de la solitude se fait vive

Nom de confiance
aux nuits où l’angoisse déborde

Nom de vérité
quand tout ressemble à rien

Nom d’avenir
quand demain se dérobe

Depuis l’aube des temps, Tu es !
Et ton nom, chaque jour,
nous invente un chemin

Au silence de nos cœurs,
viens souffler ton nom
pour aujourd’hui !

Francine Carillo,
théologienne et poète

Sylvain,
frère de la Communion Béthanie

Pentecôte 2022

Te chercher, toi le Christ, c’est découvrir ta présence même dans nos intimes solitudes.
Heureux qui s’abandonne à toi, le Christ.
Heureux qui s’approche de toi dans la confiance du cœur.

Frère Roger de Taizé

Pentecôte 2022

Jésus nous donne son Souffle pour que, au plus profond de nos abîmes, nous ne soyons jamais seuls.

Dans nos intimes solitudes, au plus profond de nos abîmes, tu nous demandes l’eau de notre fontaine.
C’est dans ton Esprit que nous la puisons.
Dans nos failles jaillit alors une source scintillante de bonté.

Jean-Michel+,
frère prieur de la Communion Béthanie

Pause méditation du 30 mai 2022

Une méditation proposée par notre sœur Élisabeth.

Tu me scrutes, je me scrute

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais !
Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ;
De très loin, tu pénètres mes pensées.

Que je marche ou me repose, tu le vois,
Tous mes chemins te sont familiers.
Avant qu’un mot ne parvienne à mes lèvres,
Déjà, Seigneur, tu le sais.

Tu me devances et me poursuis, tu m’enserres,
Tu as mis la main sur moi.
Savoir prodigieux qui me dépasse,
Hauteur que je ne puis atteindre !


Mes os n’étaient pas cachés pour toi
Quand j’étais façonné dans le secret,
Modelé aux entrailles de la terre.

J’étais encore inachevé, tu me voyais !
Sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits,
Recensés avant qu’un seul ne voit !


Scrute-moi, mon Dieu, tu sauras ma pensée ;
Éprouve-moi, tu connaîtras mon cœur.
Vois si je prends le chemin des idoles,
Et conduis-moi sur le chemin d’éternité.

Extraits du psaume 138 (139)

Dieu prend du plaisir à nous observer, à nous regarder. Quel que soit ce que nous faisons : dormir, faire notre sport, lire, danser, travailler… mais aussi lorsque nous ne sommes pas très exemplaires.

Il m’arrive parfois, pas toujours heureusement, de ne pas répondre aux attentes d’une personne
dans la rue qui demande une petite aide pour pouvoir manger. Ce n’est pas le bon moment  pour moi : pas envie de sortir le porte-monnaie, ou je suis pressée, ou je ne suis pas d’humeur, ou je pense : J’ai déjà donné  ! Il est étonnant de voir ce que je ressens ensuite : une profonde tristesse, une honte : d’avoir été égoïste, de ne pas avoir été là pour mon semblable. Et que doit penser Dieu s’il m’observe ? Suis-je digne de Lui ?

Lorsque nous dormons, Dieu doit nous regarder avec amour, car là nous ne faisons aucun mal ! En fait, il a même commencé à veiller sur nous avant même que nous soyons achevés (J’étais encore inachevé, tu me voyais !). Il nous voit en nos jours de joie et de tristesse. Il s’émeut sans doute de nos espoirs et de nos tentations. Il prend part à tous les hauts et les bas de nos humeurs.

Tu nous accompagnes, Seigneur, à chaque étape de notre chemin spirituel. Tu sais que nous ne sommes pas parfaits et sans péché. Mais nous aspirons tellement à faire de notre mieux pour Toi !

L’Amour de Dieu est bienveillant. Si Dieu voit et sait toutes choses, c’est toujours à la lumière de son Amour infini, car Dieu est Amour. 1 Jean 4 : 8

Seigneur, donne-moi la volonté et la force de vivre dans la lumière de l’Éternité. Fais que mon plus grand plaisir soit celui de chercher à te plaire. Pardonne mes erreurs et mes écarts, remets-moi à chaque fois sur le bon chemin

En action de grâce, dans Ta Paix.

Élisabeth,
sœur de la Communion Béthanie

Pause méditation du 23 mai 2022

Une méditation proposée par notre frère Sylvain.

Sur le chemin du Temps Pascal, vers l’Ascension et la Pentecôte …

La Résurrection vient manifester la toute puissance de Dieu qui ne peut laisser le juste voir la corruption.
Mais la singularité de l’Ascension nous dévoile que c’est bien la nature humaine du crucifié qui est élevée au ciel, introduite dans l’intimité de Dieu.

Si donc le Christ, qui est la tête du corps dont nous sommes les membres, selon la formule de saint Paul, a fait entrer la nature humaine au sein de la Trinité, c’est notre propre nature humaine qui se trouve en quelque sorte présente dans la gloire de Dieu : L’Ascension du Christ est notre propre élévation et, là où a présidé la gloire de la tête, là aussi est appelée l’espérance du corps. 1
C’est véritablement le lieu d’une profonde espérance pour nous.

L’Ascension rend possible le don de l’Esprit et ouvre la possibilité à la nature humaine de participer à la vie divine, autrement dit notre salut.

Incroyable mystère de notre foi que celui de l’Ascension qui nous invite à un acte de foi renouvelé en geste d’adoration.

Elle ne signifie pas la prise de congé du Christ mais bien sa permanence parmi nous, dans un rapport d’une plus grande proximité encore.

Cette présence est médiatisée par l’Esprit de Pentecôte et trouve une expression majeure dans l’Eucharistie.

L’Ascension est, d’un même mouvement, départ et retour, présence et absence.
Absence du corps visible du Christ et, par le fait même, présence nouvelle du Ressuscité par l’Esprit qui ne prend pas sa place mais qui le rend présent.

Cette présence nouvelle n’est pas à scruter dans le ciel mais, à l’invitation des deux hommes en vêtements blancs de l’évangile de Matthieu (Mt 28,7-10), à rechercher dans la chair du monde, dans la mission aux confins de la terre, dans l’assurance que cette ascension est le gage de sa parousie : Ce Jésus qui vous a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. Actes 11,1

Méditation sur l’Ascension
Toi, le ressuscité
Seigneur Jésus, nous t’avons suivi dans ta Passion :
Tu as été confronté au mal absolu, à la violence injuste.
Tu as accepté de mourir, d’être enseveli et mis au tombeau.
Mais Dieu ne t’a pas abandonné au pouvoir de la mort.
Il t’a ressuscité.

L’Amour du Père est plus fort que la mort :
Ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ;
sur lui la mort n’a plus aucun pouvoir. […]
Lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant
. Ro 6,9-10

Loué sois-Tu notre Dieu, alléluia !
Toi le Ressuscité, Toi qui es passé de la mort à la vie,
Tu nous communiques ta vie nouvelle et nous invites à la confiance dans l’avenir, à la joie et à l’espérance :
Jésus, comme à certains de tes disciples, il peut nous arriver d’avoir de la peine à comprendre Ta présence de Ressuscité.
Mais, par l’Esprit Saint, Tu nous habites et Tu dis à chacun de nous :
Viens à ma suite, j’ai ouvert pour toi un chemin de vie. Frère Roger, de Taizé

Sylvain
frère de la Communion Béthanie


1 Léon Le Grand, Premier sermon sur l’Ascension, 4 ; CCL LXXIII ; SC sermon 60, p. 273-275.